Login

Les Observatoires Hommes-Milieux

Les Observatoires Hommes-Milieux (OHM) sont un dispositif de recherche créé par l'Institut Écologie et Environnement (INEE) du CNRS. Mis en place par le département "Environnement et Développement Durable" en 2007, ce nouveau type d’observatoires pluridisciplinaires a la particularité d’intégrer potentiellement toutes les disciplines pouvant être appliquées à l’environnement, des sciences humaines et sociales aux sciences de la nature.
 
Les OHM et le Réseau des OHM (ROHM) sont aujourd'hui reconnus laboratoire d'excellence par le Labex DRIIHM: Dispositif de Recherche Interdisciplinaire sur les Interactions Hommes-Milieux.

 
                                                                        

Finalité du dispositif

Les OHM sont des structures visant à développer l'interdisciplinarité autour d'un objet commun. Ils constituent un lieu d'échange et de travail partenarial entre des équipes de recherche du CNRS, des universités et des établissements publics. Les OHM associent également à leur démarche des opérateurs publics tels que des collectivités territoriales ou service d’État.

Les objectifs scientifiques des OHM portent sur :
  • l'observation globale des dynamiques des sociétés et des milieux naturels
  • la description du présent et du passé
  • la modélisation
  • l'évaluation des évolutions et de l'efficience des interventions
  • des test de solution spécifique et l'aide à la décision publique

En plus d'offrir un cadre théorique et méthodologique pour l'analyse de socioécosystèmes, ils participent au
montage et au financement d'études via un appel à projet annuel.

Enfin, en tant que structure d'observation, les OHM ont pour
fonction d'assurer le stockage, l'interopérabilité et la pérénnité des informations à caractères scientifiques collectées et produites pour celui-ci.

Principe d'observation

L'objet d'étude des OHM sont différents mais ils ont tous en commun les caractéristiques suivantes. Il s'agit d'espaces structurés par d'étroites inter-relations entre un fait naturel et une société et qui connaissent une perturbation plus ou moins brutale mais nécessairement structurante.

Il s'agit par exemple d'un bassin minier (bassin sédimentaire/société de la mine) dont l'exploitation industrielle cesse ou d'un territoire agro-pastoral en cours de désertification (zone semi aride/société d'éleveur-cultivateur) qui fait l'objet d'un programme de reboisement.

Les objets de cette observation scientifique sont liés dans l'espace et dans le temps à ces inter-relations hommes/natures et leur modification. Toutes les disciplines sont appelées à analyser ces objets à partir de leurs méthodologies propres en amont (modalité et impacts de l’activité) et en aval (conséquences de cette activité et de son arrêt, résiliences, remédiations, etc.) de la rupture préalablement identifiée. L'observation s'interroge également sur la spatialité des phénomènes tant au niveau global que local.

L'étude dans un premier temps mono-disciplinaire doit ensuite converger vers une mise en commun des observations et des résultats.

Les autres OHM

Il existe à l'heure actuelle huit Observatoires Hommes-Milieux. Quatre sont situés en métropole, un à l'outre mer et trois à l'étranger.


  • OHM Bassin Minier de Provence: cet OHM s’intéresse au bassin minier de Gardane en cours de reconversion depuis l'arrêt de l'exploitation de la mine.


  • OHM Haut-Vicdessos: le territoire de cet observatoire est une haute vallée montagnarde des Pyrénées qui a connue de profonds bouleversements liés à la disparition de l'économie agro-pastorale et de la petite industrie.



  • OHM.I Téssékéré: l'objet d'étude de cet OHM est la mise en œuvre de l'initiative Grande Muraille verte dans le Ferlo, région du nord-ouest du Sénégal. Ce projet de l'Union Africaine a pour objectif la lutte contre la sécheresse et le développement rural. L'OHM Téssékéré s'intéresse donc aux mutations de ce système socio-écologique sahélien.


  • OHM Oyapock: Le fleuve Oyapock constitue la plus grande frontière française, 700 km entre la France et le Brésil. Limite et trait d'union, l'Oyapock est désormais enjambé d'un pont. Cet OHM s'intéresse donc aux implications socio-économiques et environnementales de cet ouvrage d'art aux effets paradoxaux: renforcement de l'effet frontière, modification des pressions sur les ressources naturelles. 



  • OHM.I Estarreja: Situé sur la côte nord du Portugal (district d'Aveiro), la région d'Estarreja à été soumise à une pollution industrielle intense depuis le début des années 50 en raison de l'implantation du deuxième plus important complexe d'industries chimiques du pays. L'OHM Estarreja étudie donc les relations homme-milieu, en prenant en compte la dimension temporelle, marquée par les changements de pratiques industrielles autour de années 1990. 

  • OHM Littoral Méditerranéen: Dans un contexte de changement des modes de gestion du littoral (GIZC), il s’intéresse à quatre systèmes socio-écologiques littoraux inégalement soumis à l’artificialisation et aux fréquentations touristiques et récréatives : le littoral marseillais, le Golfe d’Aigues-Mortes et les rivages corses de Balagne et du sud Bastia. 


  • OHM.I Nunavik: Le fait structurant étudié est établi par le contexte climatique, écologique, social et culturel de l’Arctique et la volonté des communautés résidentes de maitriser leur développement et de prendre en main la gestion de leurs ressources et de leur territoire.

  • OHM.I Pima County: Cet OHM a été co-créé par l'INEE et l'INSHS en mars 2014, il se situe en Arizona, USA, . Il n'est pas encore intégré au Labex DRIIHM.


Le Réseau des OHM (ROHM)

Lauréat de la deuxième vague de l'appel à projet Laboratoire d'excellence (LabEx) dans le cadre du programme « Investissements d'avenir », le LabEx DRIIHM, Dispositif de Recherche Interdisciplinaire sur les Interactions Hommes-Milieux, regroupe les Observatoires Hommes-Milieux (OHM, au nombre de 8) et leur réseau (ROHM) qui constituent un outil que le CNRS-INEE a créé depuis 2007. Ce LabEx a été mis en place pour 8 ans (février 2012- décembre 2019) avec une dotation de 6,5 Millions d'Euros.

Les OHM développent leurs travaux sur des problématiques écologiques et humaines variées, mais ils partagent les mêmes méthodes de travail concernant la structuration de l’information, l’animation de la recherche scientifique et l’articulation des milieux académiques avec d’autres catégories d’acteurs (collectivités territoriales, communautés locales, entreprises, services de l’État, etc.), à travers notamment la Charte des OHM. Organisés en réseau, ils ambitionnent d’offrir un contexte opérationnel et normé pour la recherche dans le domaine des sciences de l’environnement.
 
Pour plus d'information sur les OHM, consultez:
Réalisation
Exolab